2 Mery Laurent aux seins nus.

Le Portait de Mery Laurent aux seins nus.

Edouard Manet portrait of Mery Laurent

Edouard Manet portrait of Mery LaurentEdouard Manet portrait of Mery Laurent

Huile sur toile 55,5 cm x 46 cm.
Non signé.

“Il n’existe aucune trace de portrait ou de modelage de Mery Laurent avant 1878, et aucune lettre qui lui ait été adressée avant 1880. Elle faisait partie du cercle d’amis très restreint que Manet tutoyait. Méry Laurent a probablement posé nue pour Manet et pour des sujets osés, telles les femmes à leur toilette: un groupe de quatre pastels datant de 1878-1879.”Catalogue de l’exposition Manet à Martigny 1996.
Ronald Pickvance commissaire de l’exposition.
Ce portrait de « Mery Laurent aux Seins nus », date certainement de l’époque, 1879, Manet n’avait plus peint de nus depuis l’Olympia en 1863. Ca n’est que vers 1872, dans ce tout nouvel atelier, avec « La Brune aux seins nus »,

Manet-brunette-with-bare-breasts-1872
Manet-brunette-with-bare-breasts-1872

 

qu’il renoue avec la tradition de l’époque. Il exécute alors une série de nus, atypiques pour l’époque, inspirés pour la pose, de la gravure d’un tableau :
« Dame qui découvre sa gorge » du Tintoret.
Manet par Françoise Cachin

tintoret
Tintoret

Manet qui reste, principalement attaché à la figure humaine, réinvente, la pose du model de trois quart, dévêtu jusqu’à la taille, les habits amassés autours de la taille.Manet s’inspire d’un maître ancien, comme il l’a fait pour le Bon Bock en s’inspirant par exemple, du Joyeux Buveur de Hals ou du Déjeuner sur l’herbe d’une gravure de Marc Antonio Raimondi.
Vers 1875 il peint alors trois portraits de Alice Lecouvé. Dont deux, dénudée jusqu’à la taille.

 

Edouard Manet Alice Lecouve
Edouard Manet Alice Lecouvé

« Esquisse pour un Buste de Femme », d’après Alice Lecouvé.
Une peinture analogue mais à l’état d’esquisse.
73 x 60
Non Signé

 

Edouard Manet  Alice Lecouve
Edouard Manet
Alice Lecouvé
« Buste de Femme », d’après Alice Lecouvé.
Représentée de trois quarts vers la droite, d’où vient la lumière qui baigne sa chair, elle est coupée à hauteur du bassin par le bord inférieur de la toile. Elle regarde le spectateur. Nue tête elle a les cheveux roulés en un haut chignon que rehausse encore un large peigne ornemental. Torse nu elle ramène les bras devant elle, où elle a massé son vêtement. Un rideau sur lequel chatoie la lumière forme le fond.
73,5 x 60
Signé en bas à droite E.M.

Représentée de trois quarts vers la droite, d’où vient la lumière qui baigne sa chair, elle est coupée à hauteur du bassin par le bord inférieur de la toile. Elle regarde le spectateur. Nue tête elle a les cheveux roulés en un haut chignon que rehausse encore un large peigne ornemental. Torse nu elle ramène les bras devant elle, où elle a massé son vêtement. Un rideau sur lequel chatoie la lumière forme le fond.
73,5 x 60
Signé en bas à droite E.M.
Edouard Manet Mery Laurent the tub
Edouard Manet Mery Laurent the tub

Jusqu’à son dernier nu connu, en 1878 :
« La Blonde aux Seins Nus ». (Tabaran)
Manet Blonde Bare Breasts 1878
Manet Blonde Bare Breasts 1878

Manet s’intéresse à la femme contemporaine, personnage littéraire, cocotte en renom ou créature déchue, et invente une véritable mythologie du monde moderne.
Ses dernières années sont marquées par des portraits remarquables.
Au terme d’un itinéraire ponctué de scandales, l’histoire de la peinture a connu un tournant décisif. Désormais, un tableau n’est plus un thème littéraire mis en image mais une véritable réflexion sur la nature même de la représentation. Manet est ainsi le créateur d’une peinture qu’on peut qualifier de réflexive, au sens où elle ne s’intéresse au monde que pour se définir elle-même.

Il s’agit probablement de l’une des première représentation de Mery Laurent par Edouard Manet ; Elle figure de trois quart tournée vers la droite, le visage tourné vers le spectateur elle le regarde, sa robe qui apparaît dans le bas de la toile, est abaissée de manière à dévoiler sa poitrine. Elle porte des boucles rondes aux oreilles et ses joues sont rougie, parce qu’elle se rhabille peut être ?
Elle porte relevés sur la tête, en touches impressionnistes, cette chevelure blonde rousse, qui fit tout son succès et que Mallarmé célébra tout au long de ses poèmes.
Techniquement l’influence de Franz Hals est évidente, Manet a utilisé une brosse plate pour étendre finement la couleur, en touches franches, inclinées à 45° tantôt de droite à gauche ou de haut en bas, abstraitement pour le fond, brossé nerveusement et qui symbolisait l’air pour Manet.
Le coin gauche de la toile a été gratté.

« Plus souvent, Manet établissait en même temps le ton du fond par des lavis semblables, en appliquant largement la couleur sur toute la surface, ou en appliquant des couches épaisses, grattées ensuite pour ne laisser qu’un ton semi transparent. Souvent ces diverses méthodes sont combinées. »

Manet par Françoise Cachin, page 25.
Revenant sur les détails avec la tranche de la brosse ou bien avec un pinceau rond, plus petit, pour certains détails et la chevelure.

Manet utilise des couleurs pures sans mélanges, avec cette tendance de marquer fortement les contrastes ombre lumière, en opposant les blancs aux fonds sombres, lui viennent peut-être aussi de Couture et pas seulement de l’influence espagnole.
« Pour un peu, il aurait supprimé les demi-teintes. Le passage immédiat de l’ombre à la lumière était sa constante recherche »

Les oreilles sont un frottis rougeâtre, contourné avec la tranche de la brosse. Elles sont, comme la bouche, très typiques de Manet, il aime les bouches charnues, sensuelles, aux bords insensiblement relevés dans un imperceptible sourire, aux ombres biens définies, comme une formule apprise par cœur.

Les yeux sont peints d’un jet de glacis transparents, dilués d’essence de térébenthine.
Ici l’artiste a réservé la toile, c’est un éclat de lumière sur la pupille.
La remarquable maîtrise qui anime l’exécution de cette toile, c’est l’art suprême de faire passer ses sentiments et ses impressions par le pinceau, les fixant instantanément sur la toile, une réflexion instinctive et directe, sans hésitation, sans douter.

« La main, un œil… » Dira Manet.
Les noirs lumineux de la ganse qui cercle le cou de la jeune femme, portent les craquelures de tous les noirs de Manet.

EDOUARD MANET PORTRAIT OF MERY LAURENT

1 UNE EXPOSITION PARTICULIÈRE.

2 MERY LAURENT AUX SEINS NUS.

3 UN AMÉRICAIN À PARIS.

4 MERY

5 L’AUTOMNE.

6. LA VIE CONTINUE.

7. THOMAS EVANS 

8 MERY PAR JOSETTE RAOUL-DUVAL

9 NINA DE VILLARD

10 TESTAMENT

11 MALLARME ET MANET.

Living with Manet

Paris-Match Document

L’Illustré

Le Matin

VANITY FAIR

TV

The Case of the Mysterious Manet

20 Min Manet des Puces

Telerama

Manet Mery

Un Manet si bien caché

BLICK

20MIN